Aller au contenu principal
Carré Rive Gauche
Myrna Myers
Céramiques, Arts d'extrême-orient

11 rue de Beaune
75007 Paris
France
T. +33(0)1 42 61 11 08
F. +33 (0)1 30 82 49 17

Actualités de la galerie

Texte galerie

Quelques lieues sous les mers

Il y a 31 ans le Capitaine Michael Hatcher a découvert une jonque chinoise qui avait sombré dans la mer de Chine méridionale autour de 1650 où se trouvaient 23000 pièces de porcelaines chinoises.

Tandis que la plus grande partie de cette découverte était composée de porcelaines Kraak destinées aux tables européennes, notre exposition présente des porcelaines de la période Transition créée dans le goût chinois durant la première moitié du 17ème siècle.

La Chine traversait alors une des périodes les plus troubles de son histoire. La chute de la dynastie Ming eut pour effet le relâchement du contrôle officiel de la production de porcelaine. Les potiers étaient libres des contraintes de la cour et pouvaient innover des dessins et des formes pour satisfaire les désirs d'une clientèle bourgeoise et lettrée qui représentait un nouveau marché.

La variété des formes et des décors est soulignée dans cette exposition. On remarquera la pureté de la silhouette et les proportions harmonieuses. C'est dans cette jonque que fut découvert pour la première fois le kendi à bec verseur entouré d'un large disque ainsi que des scènes de neige rares. Le symbolisme de la dynastie antérieure est remplacé par des scènes figuratives. On note la rapidité et la vitalité du travail du pinceau et les gradations de bleu créant des effets poétiques. Ces pièces montrent une sensibilité purement chinoise en dépit de leur destination.

Cette cargaison est particulièrement intéressante car on peut la dater autour de 1645 sur la base d'une petite assiette décorée d'une dragon-lézard identique à une pièce du Percival David Foundation de Londres.

Pékin est tombée en 1644 avec pour résultat l'interruption brutale du commerce maritime. On peut imaginer que cette jonque est partie de Chine à un moment dramatique autour de 1645. Il est possible qu'elle ait été victime des bouleversements de cette période sans imaginer qu'elle était destinée à voyager durant 300 ans avant la livraison de sa fascinante cargaison.

EXPOSITIONS PASSÉES

Du sauvage au serein : les tapis tibétains
jeudi 31 mai 2012 - samedi 30 juin 2012

Myrna Myers, très inspirée par le thème de cette année, propose une exposition intitulée "Du sauvage au serein : les tapis tibétains". Provenant de la collection de Sandra Whitman de San Francisco, spécialiste dans ce domaine, les exemples choisis illustrent quatre types de décors caractéristiques des tapis en laine de cet ancien royaume himalayen qui pratique le bouddhisme tantrique. On découvrira des imitations de peaux de tigre, ceux à motifs géométriques ou en damier, des fonds vides et des décors à rinceaux de fleurs influencés par les brocarts chinois.